Publié par Laisser un commentaire

La bonne formule pour les micro organismes ou EM

Vie des micro organismes

Quelques personnes rencontrées au hasard de contacts, réunions, etc… parlent de micro-organismes étrangers !

Inutile d’importer des micro-organismes, qu’il est possible avec peu de moyens, de développer chez soi.

Evidemment, le lait est rempli de micro-organismes, la terre saine également, les fromages, les plantes, nos intestins, les fruits, etc… le micro-organisme c’est la vie, mais ça peut être également la maladie et la mort !

Le Professeur HIGA raconte très bien que, pratiquement « par hasard », il a trouvé un mélange quasi idéal pour la terre, les plantes et également le confort de vie de l’humain.

Ce mélange est assez complexe, bien que certains l’aient allégé considérablement en diversité et en quantité pour une question de prix de revient.

Cette « soupe » comprend des bactéries  lactiques, des bactéries issues de la photosynthèse, des levures, etc… que l’on trouve partout dans le monde, dans nos estomacs, dans les laitages, nos légumes, etc… .

 

Ils ne viennent pas du Japon, d’Amérique ou d’ailleurs, ils sont présents partout dans le monde, sur l’ensemble de la planète et dans toute notre vie.

Chaque bactérie a son rôle dans la biodiversité ; qu’elles soient anaérobies ou aérobies, et seul le bon équilibre est important pour que la vie continue.

Depuis quelques décennies, on a lutté contre LA bactérie alors que si l’équilibre est bien en place, les bactéries synonymes de maladie ou de dérèglement seront réduites à l’impuissance par la masse des bactéries,  et micro-organismes de vie.

Cet équilibre, encore une fois, est fragile, la complexité de la vie bactérienne donne la vie, favorise la vie des végétaux, des animaux et également de notre flore intestinale.

On peut constater dans les salles d’opération, par exemple, que la lutte démentielle contre toutes les bactéries a créé un déséquilibre et provoqué une résistance des plus mauvaises, des maladies incontrôlables.

C’est cette complexité, ce mélange de souches bienfaisantes qui donne le résultat du Professeur HIGA.

Lorsque artisanalement, dans son garage, on réalise une fermentation bactérienne,  seront présentes seulement une ou deux souches bactériennes, de plus, ce sera généralement des bactéries lactiques difficilement contrôlables dans leur sisciparisation… mais le plus risqué arrive !

En effet, il n’y a aucune sélection dans cette fermentation ! tout à l’aveugle ! au hasard ! un mélange de lait, de mousse, de terre ou autre vous donnera effectivement une fermentation, mais de quoi ?

 

Imaginez qu’un seul de vos ingrédients soit peuplé de bactéries pathogènes, qu’un animal malade ait uriné sur une de vos souches prélevées dans la nature ; vous répandrez alors des bactéries pathogènes.

Il nous paraît indispensable d’insister : NE JOUEZ PAS AUX APPRENTIS SORCIERS.

N’oubliez pas que c’est un monde invisible à nos eux qui prolifère très vite (en moyenne on double toutes les 20 mn), le risque de l’amateurisme peut avoir des conséquences incroyables .

De plus, une à deux souches restées vivantes après prélèvement, même si elles sont « bonnes » ne va rien changer à l’équilibre général.

C’est encore une fois la multiplicité, le mélange des levures, des anaérobies, des aérobies, des aérobies compatibles qui est la solution sans risque en apportant les bienfaits attendus.

Tout cela doit être réalisé, sélectionné pour éliminer tout risque, sécuriser l’utilisation pour notre environnement et notre corps.

Print Friendly, PDF & Email
Vous aimez ou voulez nous suivre :
Suivez nous :
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *